Marie Volta
« L'artiste crée l'œuvre autour de sa souffrance, comme l'huître la perle autour d'une poussière qui la gêne. »
Guy de Sauvage / Martine Gonzalez


Chanter   Écrire   Ateliers, festivals   Le coin expos   J'ai rendez-vous avec vous




Monographie de Guy de Sauvage
Mémoire de Maîtrise
Histoire de l'Art et Archéologie


Monographie de Guy de Sauvage
Guy de Sauvage

Bruxelles, 23 septembre 1921 - Le Mans, 3 août 2007

« Un enfant de l'éternité
Cher aux solitudes célestes
Plein d'écume et de vérité
Un clair enfant long et modeste »

Jules Supervielle, « Le village sur les flots »,
                                  in Gravitations, Éditions Gallimard


Écrire

Chansons


Poésie

Romans

Contes

Étude


Guy de Sauvage
Guy de Sauvage - 1990 - Photo Marie Volta

« On est artiste malgré »

« Il me semble que la semaine sera transparente jusqu'à toi (...)
Tu m'as fait percevoir ce qu'est un artiste, j'ai compris que ce qui était écrit l'était réellement,
j'ai compris que l'œuvre est un être vivant qu'il faut aimer même après l'avoir créée,
et non un cri que l'on cache dans un endroit calfeutré, à l'ombre ;
j'ai compris que l'
œuvre est plus importante que l'artiste, qu'elle est la vie de l'artiste. »

Extrait de la lettre du 10 mars 1984
Marie Volta à Guy de Sauvage

_______________

Guy de Sauvage,
que j'ai connu en 1983 à Saint-Marsal, dans les Pyrénées-Orientales,
consacra sa vie à la recherche artistique.
Il grandit porté par le dessin et habité par le paysage.

Livre d'or
Livre d'or

Adulte il devient céramiste, construit un four à bois dans les Ardennes belges
et y travaille notamment avec son ami Antoine de Vinck, qu'il héberge quelque temps à ses débuts.
Il mène aussi loin que possible la technique des émaux, que ce soit pour sa poterie artisanale, inspirée et raffinée,
ou pour ses sculptures, panneaux et bas-reliefs, dont chacun est une avancée dans sa quête artistique.


Il revient à la peinture par la voie d'une abstraction géométrique et sereine dont les lignes bientôt se délieront au profit d'une pâte voluptueuse
puis, à l'occasion de son arrivée à Paris en 1959, d'une épuration de la matière, des formes et des couleurs.
Une aventure qui le mènera aux confins de l'abstraction lyrique.
Toiles nues, brouillards tourmentés, murs dissous bientôt suivis d'une résurrection exubérante, mouvementée et colorée, sa période « cosmique ».

Durant plusieurs années, sous l'influence des événements de Mai 68 et dans l'esprit d'une démocratisation de l'art,
il se consacre à la sérigraphie et aux montages photographiques,
laissant libre cours à son imagination poétique et aux thèmes récurrents de son œuvre, le disque solaire, la ligne d'horizon, le mur.

Il revient au paysage avec la même exigence qu'à ses débuts, marqué désormais par les avancées de l'abstraction.
Une forme de « paysagisme abstrait », pour employer l'expression de Michel Ragon.

_______________

S'il n'écrivit jamais le premier vers d'un premier poème, Guy de Sauvage fut pour moi autant poète que peintre.
Sa façon entière d'aborder le réel, primitive et pourtant raffinée à l'excès, la distance qu'il avait prise par rapport aux obligations matérielles,
son regard original sur la nature et sur l'humanité, en faisaient un être à part, profondément riche et enrichissant.
J'ai eu la joie de réaliser avec lui sa monographie, offrant à son œuvre, à son aspiration spirituelle et à son message d'une poésie universelle,
l'unité qu'une notoriété fuyante lui avait refusée.

« Je ne gueule pas assez »

avait-il coutume de dire pour expliquer son manque de succès auprès des galeries.
Puisse son murmure atteindre encore des cœurs et des esprits,
et les nourrir comme il a nourri ceux qui ont eu la chance de lui rendre visite, dans son atelier.

Comme le chante Linda Lemay (Pas de mot), à propos de pertes infiniment plus graves et douloureuses,
« Quand on perd ses parents, on s'appelle orphelin
Quand on perd son mari, alors on s'appelle veuve »
Quand on perd son ami... existe-t-il un mot ?
Pas un jour sans que je pense à lui.

Amitié et amour sont deux formes de la même passion et il passe dans cette passion l’avertissement de la mort :
L’un des deux survivra à l’autre, c’est la musique qui accompagne l’amour et l’amitié.
L’un des deux survivra est une pensée tout entière – et en tiers, dans cette relation –
et qui lui donne ses énergies, ses possibilités de grâce et ses fatalités.
On devient mortel et on fait connaissance de la mortalité dans ce rapport à l’autre.
De telle sorte que la moitié sera séparée de la moitié et devra la garder.

(Hélène Cixous, à propos de Jacques Derrida)
(et cadeau d'un autre ami)
_______________

Ci-dessous une modeste galerie pour lever un coin de voile sur cette œuvre.

Statuettes  en céramique
Bas-relief et céramique incrustée dans du ciment

Saint-Antoine l'Ermite
Saint-Antoine l'Ermite
1951 - env. 10 cm
Vierge à l'enfant
Vierge à l'enfant
1951 - env. 20 cm

Taureau
Taureau - 1952 - 130 x 87
Jérusalem céleste
Jérusalem céleste - 1953 - 83 x 68 x 4

Relief en ciment
Abstraction froide, huiles sur toile

Relief en ciment
Relief en ciment - 1967 - 41,5 x 38 x 8

Le Petit Temple
Le Petit Temple - 1956 - 61 x 46
Nouvelle Lune
Nouvelle Lune - 1956 - 100 x 81

Abstraction lyrique, huiles sur toile

Toile 61/16
Toile 61/16 - 1961 - 97 x 130
Toile 62/15
Toile 62/15 - 1962 - 89 x 116

Toile 64/9 - 1964
Toile 64/9 - 1964 - 114 x 162
Toile 65/1
Toile 65/1 - 1965 - 89 x 116

Peinture « Fanfare »
Affiche et montage photographique

Gouache fluo 4
Gouache fluo 4 - 1967 - 149 x 107
Gouache fluo 8
Gouache fluo 8 - 1967 - 120 x 150

Affiche concert Pierre Henry
Affiche concert Pierre Henry
1971 - 71 x 57

Montage 73/9
Montage 73/9 - 1973 - 72 x 64,5

Retour au paysage, huiles sur toile

Toile 89/2
Toile 89/2 - 1989 - 38 x 55
Toile 90/1
Toile 90/1 - 1989 - 89 x 116


Toile 90/2
Toile 90/2 - 1990 - 116 x 89
Toile 94/5
Toile 94/5 - 1994 - 81 x 130
Haut de page
Webmaster : Marie Volta